En poursuivant votre navigation sur https://soutenir.fondation-patrimoine.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Villa la Sapinière-Musée de la Vallée-Barcelonnette

Villa-la-sapiniere

 DESCRIPTION

La villa LA SAPINIÈRE appartient à la première génération de villas (1870-1890) construites de retour du Mexique par les Barcelonnettes partis chercher fortune aux Amériques (Mexique/Louisiane/Argentine/Chili…).
Située dans le quartier est de la ville médiévale -qui regroupe les villas les plus remarquables-, elle a été édifiée entre 1878 et 1882 par Alexandre REYNAUD, père de l’homme d’État français Paul Reynaud (1878-1966), et fondateur à Mexico du grand magasin Las Fabricas Universales.

Devenue en 1895 la propriété d’Antoine SIGNORET, LA SAPINIÈRE fait l’objet d’une importance remise «au goût du jour» confiée à l’architecte grenoblois Françis GIRARD. Les façades nord et sud sont alors pourvues d’un décor architecturé, et une élégante véranda métallique -ferronneries Art Nouveau- vient ouvrir directement sur le parc par un escalier en fer-à-cheval exécuté dans la pierre de taille grise de la Chapelue (Queyras)

   

A l’intérieur, la villa accueille un cabinet de bain revêtu d’un décor de faïences de Sarreguemines (Lorraine) exécuté dans le style Art Nouveau, comme les vitraux de la grande verrière de la cage d’escalier (bouquets de pavots). Les parquets en marqueterie des pièces de jour (salle-à-manger & salons) ont été conservés. En 1992, LA SAPINIÈRE retrouve le mobilier de la bibliothèque-fumoir d’Alexandre Reynaud (donation Colette Dernis): une bibliothèque, un bureau, une garniture de cheminée, une paire de fauteuils et deux chaises en cuir de Cordoue.

Une «villa-musée»

Édifiée au sein d’un vaste parc (14 500 m2), qui a conservé des arbres remarquables, LA SAPINIÈRE est la seule villa «mexicaine» ouverte à la visite. Léguée à la ville de Barcelonnette en 1971 (legs Antoine SIGNORET), LA SAPINIÈRE accueille, en 1988, le nouveau musée de la Vallée qui réunit les collections historiques des deux anciens musées de la ville: le cabinet de curiosités du voyageur-naturaliste Émile CHABRAND (1843-1893) et le musée de l’Hôtel de ville (1934). LA SAPINIÈRE constitue la première œuvre du musée inscrite à l’inventaire général du musée.

Villa la Spinière - Musée de la vallée - Barcelonnette

Un musée dédié à l’histoire partagée des migrations en Ubaye

Au sein de ses collections pluridisciplinaires héritées du 19ème et 20ème siècle (archéologie, peinture, photographie, ethnographie alpine et extra-européenne…), le musée fait une large place à l’aventure industrielle et commerciale des émigrants barcelonnettes au Mexique (1830-1950), sans oublier celle des émigrants barcelonnettes devenus commerçants-planteurs le long du Mississippi (Lousiane), qui font sa notoriété et son attractivité.
Parce qu’il souhaite aussi valoriser les flux migratoires à destination de la Vallée, le musée de la Vallée accueillera l’histoire de l’immigration piémontaise et italienne qui a fait souche en Ubaye (19ème au 20ème siècle), donnant ainsi à voir une histoire partagée des migrations en Ubaye.

 

Une nouvelle muséographie consacrée aux «Gens du Piémont» en Ubaye.

Une muséographie de 120 m2 sera ainsi dédiée à l’histoire des parcours de vie autour de la frontière avec le Piémont qui prendra appui sur le projet de recherches consacré aux «Gens de l’Ubaye/Gens du Piémont» lancé en 2014 par le musée de la Vallée et l’association Sabença de la Valéia, avec le soutien du Parc national du Mercantour (PNM-secteur Ubaye) et le Pays Serre-Ponçon-Ubaye-Durance (S.U.D), labellisé Pays d’Art et d’Histoire.

 

 NATURE DES TRAVAUX

La "villa-musée" de Barcelonnette est en péril, mise à mal par l'usure du temps (140 ans en 2018) , les secousses sismiques, et réclame une sérieuse réhabilitation, devenue urgente, à la fois pour la mise en sécurité des collections et des visiteurs.

La petite commune de Barcelonnette (2704 habitants) n’a plus aujourd’hui la capacité financière de supporter le coût des travaux de réfection devenus indispensables sous peine de conduire à la fermeture de la « villa-musée », et qui concernent :

- Le sauvetage de la véranda métallique - joyau de style Art Nouveau
- La reprise totale de la toiture actuelle- 400 m² - (en fibrociment, source de nombreuses fuites dom-mageables) avec des ardoises de qualité, et réfection complète de ses éléments de zinguerie déco-rative.
- Sans oublier les façades qui mériteraient aussi d’être réhabilitées…

villa-la-sapiniere-musee-de-la-vallee-barcelonnette

 

 ET APRÈS ?

Un projet de rénovation et de modernisation ambitieux

Il s’agit aujourd’hui pour la ville de Barcelonnette de réhabiliter la toiture de la villa La SAPINIÈRE -sa toiture et sa véranda Art Nouveau- mais aussi de moderniser son musée -installé à l’intérieur de la villa- avec la création d’un nouveau parcours des collections destiné à la salle des Gens de la Vallée située au rez-de-chaussée.
Un projet de rénovation et de modernisation ambitieux, financé -pour partie- par l’Europe dans le cadre du programme de coopération territoriale transfrontalière France-Italie, baptisé « MigrACTION », qui réunit la ville de Barcelonnette et quatre partenaires italiens autour d’actions à la fois patrimoniales et touristiques.

L’engagement de l’Europe se limite aux investissements relatifs à la véranda, il ne permet pas de régler l’urgence liée à la réfection complète de la toiture. Seul le soutien de la Fondation du Patrimoine permettra à la commune de Barcelonnette de sauver son patrimoine architectural, de moderniser son musée, et de relancer l’offre touristique locale.

• la création d’une nouvelle muséographie dédiée aux Gens du Piémont (120 m2) - fera du musée de Barcelonnette (labellisé musée de France) un musée des migrations partagées unique dans l’Arc Al-pin.

• la rénovation de la toiture et de ses éléments de zinguerie décorative permettra de sauver le fleuron du parc des villas « mexicaines » qui font la notoriété de Barcelonnett

[[CP:04400]]

* Seulement 6% de frais de gestion seront prélevés sur vos dons. Grâce à son réseau régional et départemental, la Fondation du patrimoine assure le suivi des projets, en garantissant la réalisation effective des travaux et leur qualité.

11/08/2018

MAURICE POCCACHARD

200 €

29/06/2018

Monique Ariello-Laugier

50 €

04/06/2018

Sophie FORTOUL MECHE

50 €

04/06/2018

Alain SAGAULT

50 €

31/05/2018

Julien Guinhut

20 €

30/05/2018

Dons déjà acquis

53 400 €

Laisser un message de soutien