Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Temple protestant Saint-Martin à Montbéliard

 INTÉRÊT PATRIMONIAL

Au XVIe siècle, Montbéliard, ville luthérienne en forte croissance démographique, est gouvernée par la famille des Württemberg. Le temple St-Martin est édifié par l’architecte H. Schickhardt entre 1601 et 1607, dans le cadre d’une politique d’urbanisme d’envergure du Prince. Il allie morphologie des premières églises luthériennes allemandes et inspiration italienne. C’est le plus ancien lieu de culte protestant existant en France.

Son aspect intérieur a été modifié au cours des siècles : les boiseries latérales, chaire et stalles ont notamment été ajoutées au XIXe siècle. Plusieurs éléments classés MH (orgue de tribune, autel, etc.) s’y trouvent. En 2019, des sondages ont permis de mettre au jour les décors intérieurs d’origine, un trompe-l'œil architectural en grisaille qui reprend le système des élévations extérieures (pilastres alternant avec des baies surmontées de linteaux triangulaires). Leur état de conservation permet d’envisager un dégagement complet de ces vestiges, ce qui permettrait de restituer un programme unique alliant architecture et décor.

 

 PROJET DE VALORISATION

Affecté au culte. Grâce au bénévolat des paroissiens, le temple accueille plusieurs concerts par an, des expositions en été et durant le marché de Noël, des conférences, etc. Des visites guidées sont organisées par l‘office de tourisme de Montbéliard et l'Atelier du Patrimoine de Pays de Montbéliard agglomération. L’association souhaite que le temple redevienne un lieu de vie majeur pour ce territoire, en organisant plus de concerts et visites.

 

 ÉTAT DE PÉRIL

De nombreuses dégradations ont endommagé l’édifice au fil du temps et les intérieurs n’ont pas fait l’objet de travaux récents. Le bâtiment est hors d’eau depuis la réfection des couvertures, mais les menuiseries, d’origine, n’assurent pas totalement l’étanchéité. La restauration de ces dernières est donc devenue urgente, ainsi que celle des décors peints. Masqués par plusieurs couches de plâtre, des travaux de sauvetage doivent être entrepris sous peine de les voir disparaître. Par ailleurs, la planéité du sol n’étant plus assurée, il y a un risque de chûtes pour les visiteurs.

 

 NATURE DES TRAVAUX

Travaux de restauration intérieurs à engager (Mission Bern) :
- Maçonnerie : réfection des soubassements, assèchement des maçonneries, restauration des sols, parements et enduits, nettoyage des corniches et entablements ;
- Menuiserie : restauration des lambris du chœur, des portes, des baies (intérieur/extérieur) et du plafond, réparation des estrades de la tribune, des stalles, de l’autel et des bancs ;
- Décors peints : décapage et remise en peinture des murs et plafond, en raccord avec la restauration des couches picturales originelles mises au jour. Au regard de leur fort intérêt (validé par la CRMH), le parti de restauration pris s’oriente vers une restitution intégrale des décors des parements.

Travaux visant à améliorer l’accueil du public (561k€ / hors Mission Bern) :
- Reprise du réseau électrique, de l’éclairage et du chauffage ;
- Création d’une rampe d’accès pour les PMR.

[[CP:25200]]

09/06/2020

144 935 €

Add a new comment

  • Tendaogo ILBOUDO et KONÉ Victoria - 04/07/2020

    Que Dieu bénisse