Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Séchoir à tabac de Lipsheim, remonté à l’Ecomusée d’Alsace d’Ungersheim

 INTÉRÊT PATRIMONIAL

La culture du tabac était aux XVIIIe et XIXe siècles un véritable moteur économique de la région. Les feuilles de tabac étaient séchées sous les auvents des maisons ou dans des séchoirs dédiés. Leur architecture typique, étroite et en hauteur, a longtemps marqué les paysages alsaciens. Devenus rares, les séchoirs traditionnels, aujourd’hui sans vocation, sont laissés à l’abandon et parfois démolis.

Précieux témoin de cette activité artisanale, l’ancien bâtiment de séchage du tabac de Lipsheim, dans un état critique, pourrait remonter à la fin du XVIIIe ou début du XIXe siècle. Afin d’assurer sa sauvegarde, ses propriétaires privés ont décidé d’en faire don en 2017 à l’Ecomusée d’Alsace. Il a ainsi été démonté et transféré au musée, rejoignant une collection de plus de 70 édifices traditionnels représentatifs de l’histoire régionale. Il y est à ce jour le seul exemplaire en lien avec l’activité de séchage de tabac, mais est en attente de remontage et restauration pour être visible du grand public.

 PROJET DE VALORISATION

En plus d’assurer sa conservation dans le temps, le remontage du séchoir à tabac sur le site de l’Ecomusée, labellisé Musée de France, qui reçoit près de 200 000 visiteurs par an, permettra une meilleure visibilité et compréhension par le public de ce bâtiment typique et emblématique de l’Alsace. Complétant les collections de ce musée de plein air dans son parcours « théâtre d’agriculture », il reprendra vie à des fins pédagogiques, notamment pour y expliquer l’histoire de l’exploitation du tabac dans la région. Durant les travaux de remontage du séchoir sont envisagés des animations démonstratives ainsi qu’un atelier pédagogique participatif pour le remplissage des panneaux en torchis.

 ÉTAT DE PÉRIL

Le séchoir est entreposé à l’Ecomusée depuis l’été 2018, en attente de remontage, faute de moyens financiers suffisants. Il est apparu lors du démontage que l’état de l’édifice était plus problématique qu’il n’y paraissait au départ. L’expertise demandée par la DRAC a abouti à une augmentation significative du coût des travaux. Un pourcentage très important des bois est à changer et des lacunes structurelles doivent être compensées. Les conditions de conservation actuelles ne sont pas optimales et risquent de favoriser une accélération du processus de pourrissement des bois si rien n’est entrepris.

 NATURE DES TRAVAUX

- Restauration de la charpente, traitement curatif et préventif des bois et mise en œuvre de la couverture en tuiles mécaniques anciennes ;
- Terrassement, réseaux, fondations béton ;
- Remontage du mur de soutènement en pierre et enduits à la chaux (confié à un chantier d’insertion) ;
- Réalisation des panneaux de remplissage en brique et en torchis ;
- Pose des bardages et volets et restauration des menuiseries anciennes ;
- Assemblage de la structure et enduits à la chaux entre les colombages.

[[CP:68190]]

09/06/2020

19 882 €

Add a new comment

  • Serge du 68 - 03/07/2020

    Aussi longtemps que vous marquer Grand Est ce truc machin redicule je ne donnerai pas un centt