Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Pavillon Sud-Est du château de Meung-sur-Loire

 

 Description

Il s’agit en fait de deux châteaux construits par et pour les évêques d’Orléans au cœur de la ville de Meung-sur-Loire. Le 1er est bâti au XIIe siècle (il servira ensuite de prison, notamment pour le poète François Villon) et le 2nd, bien plus imposant, en 1209. Il est construit à moins de 100 m de là, comme palais épiscopal pour les évêques. En juin 1429, le château, occupé par les anglais, est délivré par Jeanne d'Arc. Louis XI y séjournera à de nombreuses reprises, surveillant les travaux de la basilique de Cléry à 5 km de là où il se fera enterrer. A la fin du XVe s., le corps de logis est doublé et une nouvelle tour dotée d’un pont-levis apparait. Au XVIIIe s., l'évêque d'Armenonville entreprend de transformer le château en résidence d'agrément : la partie centrale du corps principal est remplacée par une cour d'honneur encadrée de pavillons d'angle et les façades sont repercées de baies symétriques dans le goût du style classique.

Projet de valorisation

Repris il y a 10 ans par un couple de passionnés, le château retrouve peu à peu sa place parmi les châteaux de la Loire. Un chercheur en castellologie, Jean Mesqui, a réalisé une étude approfondie sur son histoire et son architecture, permettant de faire émerger un contenu scientifique de qualité. Son ouvrage, édité en partenariat avec des acteurs locaux, souligne la façon dont ce château s’inscrit pleinement au cœur de son territoire et suscite une fierté d’appartenance largement partagée. Chaque année une programmation ambitieuse est proposée, dont certains événements sont coproduits par la municipalité. Elle cible principalement les familles et permet de dynamiser l'économie locale du tourisme. Le site est animé par la dynamique association des Amis du château de Meung, qui œuvre sans relâche pour son développement via son bénévolat et l’organisation d’événements.

 

 Etat de péril

   

Sans entretien structurel depuis la seconde Guerre mondiale, le château souffre de nombreuses dégradations et pathologies lourdes. Sous bâches depuis 10 ans, l'important pavillon Sud-Est en particulier, assis sur un fortin du XVe siècle remanié au XVIIIe s., est menacé de disparition et requiert une intervention immédiate. Les différentes vagues de bâchage (4 en 10 ans) n’ont pas permis d’éviter une multitude d’avaries dégradant la structure même de l’édifice : rupture des chaînes d’angle, pierre de tuffeau délitée, affaissement d’une partie de la charpente, dégradation des plafonds et stucs du XVIIIe s. et depuis peu, apparition de la mérule dans les lambris et parquet du XVIIIe siècle.

 

 Nature des travaux

Les travaux à entreprendre visent à mettre l’édifice définitivement hors d’eau :

- Charpente : restauration partielle des fermes, pièces de contreventement, pannes faîtières, sous-faîtières et intermédiaires, chevrons et remplacement de la charpente des lucarnes et oculi, etc. ;

- Couverture : dépose, voligeage et repose de la couverture en ardoise, ouvrages plomb, etc. ;

- Maçonnerie : remplacement des pierres de Tuffeau et semi dures pour linteaux, jambages, bandeaux et appuis de baie, nettoyage des parements, dressage des murs, restauration des souches de cheminée en brique, etc. ;

- Menuiserie : remplacement des menuiseries des oculi et lucarnes en chêne, démontage des volets, remplacement de deux portes avec seuil d’étanchéité du rez-de-chaussée en façade Sud-Est et Sud.

 

[[CP:45130]]

03/30/2021

€ 64,729

09/18/2020

€ 1,490