Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Villa La Casamaures à Saint-Martin-le-Vinoux

 INTÉRÊT PATRIMONIAL

La Casamaures est une villa de style néo-mauresque, construite de 1855 à 1867 par le grenoblois Joseph Jullien dit Cochard (1803-1886) en hommage à sa seconde épouse. Située à proximité immédiate et en limite des fortifications de la ville de Grenoble, elle est établie en belvédère au bord de l'Isère. La villa change de propriétaire 13 fois avant d’être achetée en 1981 par l’artiste Christiane Guichard qui s’occupe des campagnes de restauration. 
La Casamaures est un petit palais de quatre niveaux de style néo-mauresque au décor d'inspiration ottomane, qui s'élève « au sommet d'une composition pyramidale de terrasses successives ». Elle est réalisée en ciment moulé et compte trois façades de colonnades et d’arcs outrepassés. La Casamaures représente le plus ancien préfabriqué en ciment prompt. Une association a valorisé « le savoir-faire de l’or gris » dès 1990.

 PROJET DE VALORISATION

L'association « Casamaures d'hier et d'aujourd’hui » valorise la patrimoine bâti et naturel, en accueillant les visiteurs. Dans les jardins et la salle de l'Orangerie, elle organise ponctuellement des stages, école du patrimoine ou des ateliers d'artistes inspirés par le monument. Son objectif est aussi de valoriser l'ancien parc en limite des fortifications de 1884 et les postes de garde des portes de Grenoble par des expositions de photographies. 

 ÉTAT DE PÉRIL

Suite aux explosions des dépôts de munitions de Grenoble, situés de l’autre côté de l’Isère, pendant la 1ère et la 2nde Guerre mondiale, les vitres des façades Est et Ouest furent pulvérisées à plusieurs reprises. L’extrémité Ouest de la terrasse haute s’est effondrée en 1984. Après reprise du soubassement, la terrasse fut recouverte d’une dalle de béton sur plots ne correspondant pas aux dispositifs initiaux.

 NATURE DES TRAVAUX

- Restitution des 9 baies de la façade en bois peint du jardin d’hiver ;
- Travaux de maçonneries des promenoirs d’origine sur la terrasse haute des parties éboulées, restitution des garde-corps en ciment moulé détruits après la 2nde Guerre mondiale ;
- Consolidation des toiles marouflées aux plafonds des salons (décors inspirés du style ottoman) (en cours).

[[CP:38950]]

Add a new comment

  • G2G - 21/06/2019

    Après 38 ans de chantiers de restauration de ce bijou si novateur lors de sa construction, quelle aubaine pour lancer des chantiers en attente de financement!
    L'attention des pouvoirs publics est indispensable pour enfin valoriser les abords de ce site exceptionnel.
    Merci à Stéphanne Bern et la Fondation du patrimoine pour cette sélection.
    Jouons au Loto du patrimoine en attendant les résultats
  • Jef - 11/06/2019

    Bravo
    Une formidable énergie et très peu de moyens. Un beau projet à soutenir