En poursuivant votre navigation sur https://soutenir.fondation-patrimoine.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Eglise Saint-Vaast-Lès-Mello

Attention, ce projet ne fait pas l'objet actuellement d'une campagne d'appel aux dons.
Vous pouvez toutefois soutenir la Mission Patrimoine ou un autre projet de celle-ci.
découvrir

 DESCRIPTION

Bâtie sur le rebord du versant nord, ici particulièrement abrupt, de la vallée du Thérain, l’église Saint-Vaast est un édifice d’une complexité extrême, propre à séduire les archéologues qui y trouveront largement matière à réflexion. Les seconde et troisième travées de sa nef sont malheureusement encombrées d’étais en charpente depuis plusieurs décennies, précaution rendue indispensable du fait de graves désordres intervenus dans les maçonneries de cette partie de l’édifice.

Une église à nef unique existait dès le 11e siècle comme en témoigne la partie centrale de la façade, avec ses pierres d’appareil à gros joints, sa fenêtre sans ébrasement extérieur et son contrefort plat. Dans les années 1140, on entreprend de reconstruire la nef en la dotant de bas-côtés. Les travaux commencent par les travées orientales et prévoient alors une construction simplement plafonnée, avec arc diaphragme sur le vaisseau central, comme il en existait à Villers-Saint-Paul. Cette première intention est démontrée par le plan des piles séparant les seconde et troisième travées, constituées de quatre demi-colonnes faisant saillie sur un massif carré.

Très vite, cependant, on décide de monter des voûtes d’ogives. Relancée après coup, celle de la dernière travée de la nef est ainsi reçue sur des consoles décorées de masques grossiers insérés dans les murs gouttereaux. La logique du système est, en revanche, respectée dans les piles séparant les première et seconde travées qui, plus fortes, comportent en plus des quatre demi-colonnes correspondant aux retombées des arcades et arcs-doubleaux quatre colonnettes associées aux retombées des ogives.

Les chapiteaux s’inspirent le plus souvent du thème de la feuille lisse, très répandu dans la région. Malgré les remaniements ultérieurs, certains éléments encore en place montrent que le bas-côté nord avait, dès l’origine, la même largeur que le vaisseau central. Un portail à gâble, dont les trois voussures en tiers-point sont ornées de bâtons brisés, est plaqué à la même époque sur la façade. Un second portail est percé peu après au sud. On y remarque le gracieux décor de son tympan, où trois paires de colonnettes supportent une triple arcature au tracé en plein cintre surhaussé.

La reconstruction des parties orientales se situe au cours de la première moitié du 13e siècle. Elles sont constituées par un transept dont la croisée reçoit le clocher et par un chœur pentagonal, de plan outrepassé, flanqué de deux chapelles peu profondes curieusement voûtées en berceau brisé. Réalisé avec soin, l’ensemble affiche cependant un conservatisme marqué. On détaillera la belle clef de voûte du chœur, ornée d’un Agneau pascal.

Une grande fenêtre gothique sera percée durant la seconde moitié du 13e siècle dans le mur ouest du bas-côté nord. Comme son vis-à-vis, il subira d’importantes réparations au 16e siècle. Les fonts baptismaux, plus tardifs que ceux de Bury dont ils s’inspirent, une rare poutre de gloire sculptée des douze apôtres et plusieurs statues du 16e siècle ajoutent encore à l’intérêt de cet édifice attachant qu’on voudrait espérer voir un jour retrouver sa beauté première.

 NATURE DES TRAVAUX 

On remarque que les façades Ouest et Sud ont leurs fondations partiellement apparentes dues à une modification de la voirie. D’importantes fissures d’écrasement sont visibles sur la croisée, la  présence d’humidité dans les voûtes se traduit par des tâches sombres, l’examen de l’édifice permet de constater un mauvais équilibrage des ouvrages en superstructure, etc. 

Les travaux de confortation doivent placer l’édifice dans un état d’équilibre des structures et d’assurer des travaux d’assainissement nécessaires à la bonne conservation des fondations.

 VOCATION DU SITE 

Saint Vaast les Mello est une Commune du Sud de l’Oise dans l’arrondissement de Senlis, canton de Montataire et fait partie des 11 Communes de l’Agglomération Creil Sud Oise. 
Le village est situé dans la vallée du Thérain. Son passé est essentiellement lié à l’extraction de la pierre depuis l’époque gallo-romaine. Sous le Second Empire, la transformation de Paris par le Baron Hausmann amènera l’activité de carrières de pierre à son apogée. 
Toujours présente (extraction à la demande), cette activité reste emblématique de la Commune. Aujourd’hui une ancienne partie de la carrière appelée site des Glachoirs est fréquemment utilisée pour la pratique de l’escalade. 
Saint Vaast les Mello, avec ses nombreux atouts tant architecturaux que naturels, se tourne désormais vers le tourisme vert. Aux portes de Paris, Saint Vaast les Mello est un condensé de nature et d’histoire dans la vallée du Thérain. 
 
L’église a été pendant de nombreuses années fermée au public. Depuis 2008, des animations visant à faire revivre ce monument ont été mises en place : 
-  festival des clochers organisé par l’école de musique de Montataire et la Commune
- propositions de soirées musicales à thème (gospel, concerts de musique classique …)
- initiation à la musique par la découverte d’instruments pour le jeune public
- travaux d’exposition (peintures, dessins) liés à l’architecture avec l’école du village
- journée du patrimoine
- ouverture à la demande pour les groupes de randonneurs
- ouverture à la demande pour des cérémonies religieuses

[[CP:60660]]

* Seulement 6% de frais de gestion seront prélevés sur vos dons. Grace à son réseau régional et départemental, la FDP assure le suivi des projets, en garantissant la réalisation effective des travaux et leur qualité.

Pas encore de donateur sur cette page de collecte

Laisser un message de soutien