Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Eglise Saint-Hilaire à Asnières-sur-Vègre

 

 Description

Asnières-sur-Vègre fut entre l’époque carolingienne et 1789, une des principales terres du Chapitre cathédrale de Saint-Julien du Mans. A partir du XIIe siècle, les revenus de la seigneurie sont attribués au doyen du chapitre qui est ainsi le principal commanditaire des travaux d’aménagement et des décors peints dans l’église. L’église Saint-Hilaire est construite entre 950 et 1050. Elle est remaniée à plusieurs reprises. Découverts entre 1951 et 1958, les décors et l’église sont classé au titre des monuments historiques en 1979. Cet ensemble de décors constitue un exceptionnel exemple de programmes iconographiques réalisés entre le milieu du XIIe siècle et le XVe siècle.

Projet de valorisation

Affectée au culte. L’église et le manoir sont au cœur du projet de valorisation mené depuis 1986, par l’association Patrimoine, la communauté de communes et la mairie. Plus de 1 000 personnes ont été accueillies en 2019 par les guides de la commune, lors de visites commentées. Chaque année, deux concerts sont présentés. L’église est également un lieu d’exposition, lors des manifestations comme Asnières sur toiles ou Phot-expo. Le choix a toujours été celui de l’ouverture quotidienne de l’église, ce qui permet de nombreuses visites libres. L’association développe actuellement une application pour smartphone : elle permettra à chacun de faire son propre parcours et de recevoir par l’application des éléments informatifs sur les peintures. L’objectif est de développer un contenu accessible, mais rigoureux, utilisant la réalité augmentée, et avec une option plus détaillée pour les plus curieux.

 

 Etat de péril

  

L’état de conservation des décors peints et de l’église est préoccupant. Ils présentent un ensemble d’altérations et de fragilités. D’abord, sur les enduits qui supportent les couches picturales : décollement, perte de cohésion (pulvérulence), présence de sels et de ferrures, fissures et reprise d’enduit et bouchages contemporains réalisés au cours des découvertes. Ensuite sur les couches peintes : soulèvement de décors peints et perte de matières, déplacages des rehauts colorés les plus épais, pulvérulence, empoussièrement, restes de badigeons et repeints.

L’ensemble de ces dégradations nécessite des interventions de consolidation et d’harmonisation afin d’assurer la conservation des décors et faciliter leurs lecture et compréhension.

 

 Nature des travaux

Pour assurer la pérennité des travaux de restauration des décors intérieurs, des travaux complémentaires sur l’église sont également nécessaires.

- Tranche 1 : travaux préliminaires, d’assainissement et d’accessibilité PMR et restauration des vitraux ;

- Tranches 2 et 3 : restauration intérieure (maçonnerie, pierre de taille, charpente, menuiserie, peintures murales, électricité) de la nef puis du chœur ;

- Tranche 4 : restauration des façades et réfection des toitures (maçonnerie, pierre de taille, charpente, couverture, menuiserie).

 

[[CP:72430]]

31/10/2020

Pierre-François RAT

50 €

06/10/2020

50 €

06/10/2020

Johanna Neplaz

20 €