En poursuivant votre navigation sur https://soutenir.fondation-patrimoine.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Eglise Notre-Dame du Raincy à Le Raincy

découvrir

 INTÉRÊT PATRIMONIAL

L'église est construite à l'initiative du curé doyen du Raincy, l'abbé Félix Nègre. Commencée en avril 1922 et consacrée le 17 juin 1923, elle est l'œuvre de l'agence des frères Auguste et Gustave Perret. Elle est considérée comme la première église "moderne" en France, construite en béton armé et comprend des sculptures d'Antoine Bourdelle. Les vitraux sont réalisés par le maître-verrier Marguerite Huré sur des cartons de Maurice Denis pour les parties figurées, les parties décoratives sont entièrement créées par Marguerite Huré. L'une des dix grandes verrières, le vitrail de la bataille de la Marne, dit de "La Vierge aux Taxis", représente des taxis, des "poilus" et des généraux, souvenirs de la victoire de l'Ourcq et du départ du Raincy, en septembre 1914, d'une des colonnes des taxis de la Marne. Entre 1988 et 1996, le gros-œuvre de l'église a été entièrement restauré ainsi que les vitraux, par l’atelier Durand.

 PROJET DE VALORISATION

Depuis novembre 2017, des expositions, concerts, conférences, sont régulièrement organisés au profit de la restauration du clocher. Ce lieu de culte souhaite être un lieu d’accueil d’événements culturels pour les locaux.

 ÉTAT DE PÉRIL

Le béton armé n'est pas un matériau stable, sous l'action des intempéries, ses caractéristiques chimiques se dégradent, les fers des armatures se corrodent, le béton fissure puis éclate en surface. Sujette à de nombreuses altérations, l'église a fait l'objet de plusieurs campagnes de restauration à partir de 1987. De nouvelles dégradations des bétons du clocher sont apparues depuis les travaux de 1991. Des écailles de béton se sont détachées à l'intérieur de l'édifice. Certains ouvrages intérieurs, dont notamment un plancher, sont dans un état de dégradation très avancé.

Un «toit» a dû être posé en urgence sur l'orgue pour le protéger des infiltrations les jours de fortes pluies. Sur la façade Sud, le mastic des vitraux se craquèle et n'est plus étanche. Un échafaudage et des filets ont alors été mis en place pour sécuriser le parvis et éviter des chutes de pierres sur les passants.

Depuis 2014, l’échafaudage a été supprimé et des campagnes régulières de purge sont organisées. Mais les purges actuelles ne peuvent être que provisoires. L’église nécessite en particulier une campagne de restauration du clocher.

 NATURE DES TRAVAUX

- Ravalement extérieur du clocher ;
- Travaux de maçonnerie intérieurs ;
- Restauration de la verrière Sud.

[[CP:93340]]

Laisser un message de soutien