Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Château du Haut-Buisson à Cherré-Au

Ce site a été sélectionné par la Mission Patrimoine 2021. Il bénéficiera du soutien financier de FDJ et du ministère de la culture.
Ce projet ne fait pas l'objet actuellement d'une campagne d'appel aux dons auprès du public.
Vous pouvez toutefois soutenir la Mission Patrimoine ou un autre projet de celle-ci. 
découvrir

 Intérêt patrimonial

Au milieu du XIXe siècle, le domaine et les terres alentours étaient la propriété du Marquis de Jumilhac, descendant du duc de Richelieu. Il y fait bâtir le château en 1847 et son fils Armand Chapelle de Jumilhac, y vivra avec son épouse, une américaine nommée Alice Heine. Après le décès de son mari et suite à son mariage avec le prince Albert Ier de Monaco, Alice Heine devient en 1889 la princesse Alice de Monaco.
Le prince Albert, passionné d’océanographie et d’explorations scientifiques, navigue beaucoup sur son yacht le « Princesse Alice ». Après quelques années, la princesse, lassée des départs à répétition de son mari, quitte le Rocher pour retourner dans son domaine du Haut-Buisson à Cherré. Elle partage alors sa vie entre Londres, en tant qu’amie de la famille royale, Paris et son domaine dans la Sarthe, où elle reçoit avec faste des invités prestigieux comme Pierre Loti. Le château est alors connu pour son luxe à l’anglaise avec des pièces raffinées, un confort très moderne pour l’époque mais également pour ses serres où la princesse cultive ses orchidées roses offertes par la reine Alexandra. La princesse décède le 22 décembre 1925. 

Après le décès de son fils, le château est légué à la Sorbonne pour que le domaine soit exploité comme département de biologie végétale. Progressivement, ne répondant plus aux normes et aux besoins de l’école, le site est laissé à l’abandon et le château est pillé, vandalisé et se dégrade.

 

 Projet de valorisation

La commune a fait l’acquisition du domaine en 2009 et, après des travaux de sécurisation, a pu le rouvrir au public. Depuis, elle a lancé un programme de travaux de restauration sur deux bâtiments annexes. Aujourd’hui, elle souhaite redonner vie au château en créant un lieu d’activités culturelles et touristiques. Une des options envisagée est d’en faire un musée autour de l’histoire du lieu et des anciens propriétaires. Le lien qui unit le domaine à la famille Grimaldi est un atout important qui pourrait permettre de dynamiser l’économie touristique locale.

 

 Etat de péril

La collectivité a lancé un programme de travaux de réhabilitation des bâtiments : la maison du régisseur (entièrement réhabilitée en 2020) et la maison du gardien (en cours). Le château, laissé sans entretien pendant plusieurs années, présente aujourd’hui des désordres en toiture qui provoquent des infiltrations responsables de début d’affaissement des planchers.
Également victime de vandalisme et pillages, tous les vitrages des fenêtres brisés ont laissé la voie libre à un envahissement généralisé des pigeons, dont les fientes provoquent d’importants dégâts. 

 

 Nature des travaux

La 1ère tranche concerne la sécurisation et mise hors d’eau et hors d’air de l’édifice pour stopper les dégradations :
- Sécurisation du site : mise en place d’une clôture de chantier pour éviter les intrusions et le vandalisme, nettoyage des abords et de l’intérieur des locaux, étaiement et réparation des planchers des 1er et 2ème étages dans les zones effondrées,
- Remise hors d’eau : découverture complète pour réfection de la charpente des lucarnes, de la couverture et de la zinguerie, dont lucarnes et verrières, et réparation des encadrements des baies en pierre,
- Remise hors d’air : mise en place de protections translucides incassables à l’emplacement des vitrages pour stopper l’intrusion des volatiles en laissant pénétrer la lumière naturelle.
La 2ème tranche concernera le remplacement des menuiseries et volets et l’étanchéité de la terrasse.

[[CP:72400]]

No donation received yet - please donate!

Add a new comment

  • Emmanuel - 04/12/2021

    Enfin !!
    J’ai découvert ce site il y a une trentaine d’années, déjà dans un triste état, la D.R.A.C. à l’époque avait dépêché un architecte des Bâtiments De France sur place, mais classé sans suite, car château récent et sans valeur historique... allez comprendre !!
    Alors MERCI monsieur Bern ...
  • damalin - 04/09/2021

    Quel désastre ! Il y a 15/20 ans, lorsque nous habitions Cherré et profitions de promenades dans le bois (hors période de chasse) ce château était en meilleur état... Merci Monsieur Bern. Du travail pour les artisans fertois ou cherréens. Bonne chance !