Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Château de Joux à La Cluse-et-Mijoux

 

 Description

Riche de 1 000 ans d'histoire, le château révèle diverses périodes de construction, témoignant de l'adaptation de la forteresse à l'évolution des armement et stratégie militaire. Château-fort des sires de Joux, il devient place forte du duc de Bourgogne au XVe siècle puis de l’empire germanique et de la couronne d’Espagne. Ses enceintes successives ont été revues par Vauban qui développa un tracé bastionné. Après la guerre de 1870 pendant laquelle il protège la retraite de l’armée de l’Est en Suisse, il est transformé en fort semi-enterré, selon le principe du gal Séré de Rivières. En 1881, deux casemates cuirassées sont ajoutées dont l’une subsiste et reste la seule en état de fonctionner en France. Outre sa vocation militaire, le château a été une prison d'Etat et a enfermé des personnages illustres comme Mirabeau ou Toussaint Louverture, qui y décède en 1803. Il conserve aussi deux collections remarquables : un ensemble exceptionnel d’armes et uniformes de 1717 à 1917 et de peintures haïtiennes.

Projet de valorisation

Le château est un des sites les plus visités du Doubs, avec 45 000 visiteurs/an accueillis en visites guidées et lors des spectacles (Festival des Nuits de Joux). Il est amené à devenir un équipement culturel et touristique majeur de la région, mais aussi au niveau national et transfrontalier. Un programme conjoint avec le musée de Pontarlier a été défini. Ce dernier traitera de l’histoire de la ville et du territoire, avec notamment des focus sur l’absinthe, l’archéologie et les industries transfrontalières. Le château traitera de son organisation et son évolution, avec la présentation des collections de militaria dans les casernes et de l’histoire d’Haïti dans le donjon, avec les peintures haïtiennes et un lieu de mémoire de la lutte pour la liberté de Toussaint Louverture. Le site sera ouvert en visite libre avec un compagnon de visite numérique et un parcours de médiation illustré. Le site s’ouvrira à l’art contemporain avec des artistes en résidence pour y produire et jouer et des expositions temporaires.

 

 Etat de péril

Développé sur 2 ha et riche de ses bâtiments, murs, remparts, ponts levis et terrasses, perchés sur un éperon rocheux, le château est soumis à des conditions climatiques et géologiques dures et à la difficulté d’entretenir un tel site. Plusieurs parties menacent de s’effondrer et les collections muséales sont stockées en réserve.

Les ponts-levis et pont dormant en bois ont du être entièrement étayés, au regard d’un important risque d’écroulement, qui provoquerait la coupure totale de l’accès aux enceintes supérieures du château. L’accès du public a dû être limité.

 

 Nature des travaux

L’ensemble de l’édifice sera conservé, restauré et aménagé. Certains de ces travaux seront réalisés par une entreprise d’insertion (remparts).

La première tranche de travaux (Mission Bern) vise à restaurer les ponts-levis (à flèches, à bascule et tripier) et pont dormant.

Cette restauration est un préalable indispensable pour maintenir le site ouvert à la visite et envisager d’autres tranches de travaux.

 

[[CP:25300]]

No donation received yet - please donate!