Cookies help us delivering our services on https://soutenir.fondation-patrimoine.org. If you keep browsing this website, you are accepting our use of cookies for statisitic purpose and social network functionalities.

Close

Château de Ferrières à Fontrieu

© Olivier Cébe

découvrir

 INTÉRÊT PATRIMONIAL

Située sur le territoire tarnais du Parc Naturel Régional du Haut-Languedoc, à la limite avec l’Hérault, la forteresse médiévale de Ferrières trône sur un terroir granitique, célèbre pour la qualité de cette pierre d’exception. Propriété de la famille protestante Guilhot, ce monument fait l’objet d’un remaniement au XVIe siècle, dans le style Renaissance. L’élévation de tours, la beauté des décors sculptés et peints (dont les modèles sont issus des meilleures écoles : Goujon, Serlio, De l’Orme) témoignent de l’accession sociale de la famille, qui profite des guerres de religion pour s’assurer le contrôle du pays Castrais, au sud de l’Albigeois. Le château devient une des places fortes des Réformés de la région. Transformé en caserne puis en prison au XVIIIe siècle, il est partagé à la Révolution.

 PROJET DE VALORISATION

Foyer culturel entre les années 1960 et 1980, le château (inscrit à l’Inventaire Supplémentaire en 1925, classé en partie en 1988) fait l’objet d’un programme de conservation engagé par son propriétaire privé, Olivier Cébe, qui lui associe un projet de centre d’interprétation de la Renaissance française, période de fortes mutations aux plans socioculturels et philosophiques, dont l’architecture et l’art portent témoignages.

 ÉTAT DE PÉRIL

En raison du morcellement de l’édifice entre plusieurs propriétaires à la fin du XIXe siècle et jusqu’au milieu du XXe siècle, quelques parties donnant sur la cour d’honneur du château n’ont pas bénéficié d’un entretien convenable depuis des décennies. Il est nécessaire de sauvegarder l’édifice en réalisant une réfection urgente, tout particulièrement sur la toiture et certaines maçonneries du corps de logis principal et un mur d’enceinte (côté ouest) qui risquent hélas de s’effondrer.

© Olivier Cébe

 NATURE DES TRAVAUX

Les travaux de sauvegarde du château sont divisés en trois tranches prioritaires, permettant un entretien urgent de ce site emblématique :

- Tranche 1 – Travaux sur le clos et le couvert du logis principal, notamment la couverture (en ardoises de pays de Dourgne et souches de cheminée), la charpente en chêne et châtaignier, la zinguerie (en zinc et cuivre qui, outre l’écoulement des eaux, vise à protéger les moulures et sculptures de la cour), et les maçonneries (consolidation de murs du logis principal ainsi que certaines de ses baies à meneaux avec menuiseries restituées).
- Tranche 2 – Travaux urgents de préservation de la Porterie : toiture, maçonneries, menuiseries (dont le portail d’entrée).
- Tranche 3 – Travaux de réparation urgente du mur d’enceinte côté ouest.

[[CP:81260]]

Add a new comment

  • Katty - 06/07/2019

    J'adore les vielle pierre et leurs histoires. Grâce à des personnes comme vous, elles persistent avec le temps. Courage, merci à vous.
  • Gilles-Henri TARDY-AYGALENQ - 05/07/2019

    Je suis très heureux de voir ce bâtiment retenu pour sa restauration. Château à l'Histoire mouvementée, comme beaucoup d'autres, il est l'un des produits architecturaux exceptionnels de la région par les architectes qui se sont succédés à sa construction et dont la qualité du travail et de l'art déployé vont permettre une belle restauration. Un vrai bonheur !
  • Olivier F - 05/07/2019

    Ce magnifique château doit retrouver sa splendeur d’antan. Très heureux de le voir retenu. C’est une merveilleuse nouvelle.
  • nicole - 28/06/2019

    Dommage qu il en ait fallu en arriver là.
    Je suis fière et reconnaissante que ce château qui a abrité le musée du protestantisme soit choisi .
    Merci Stéphane
    Merci Stéphane