En poursuivant votre navigation sur https://soutenir.fondation-patrimoine.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Buron de Cassaïre

 

Buron de Cassaïre

 

Attention, ce projet ne fait pas l'objet actuellement d'une campagne d'appel aux dons.
Vous pouvez toutefois soutenir la Mission Patrimoine ou un autre projet de celle-ci.
découvrir

 DESCRIPTION

Au cours des siècles d’occupation saisonnière ou permanente des milliers de structures ont été bâties et ont laissé des traces sur les montagnes d’estive du Cantal. Malgré la généralisation d’un type de structure fromagère sur ces montagnes, les burons offrent de nombreuses singularités, comme l’ont très bien décrit les chercheurs sur le pastoralisme. 

Tous les burons possèdent des caractéristiques architecturales modestes et uniquement en lien avec la confection des fourmes et l’exigence du métier de buronnier. 

Les burons qui parsèment aujourd’hui les estives marquent le point d’aboutissement des diverses transformations architecturales liées aux changements des modes d’occupation de la moyenne montagne cantalienne par l’homme. Désormais, ils entrent dans une patrimonialisation emblématique des estives du Cantal. 

 

 NATURE DES TRAVAUX

Buron de Cassaïre

A partir de 1960, les bénéfices retirés de l’estivade ne compensent plus le coût de l’estive. L’équilibre sur lequel reposait la transhumance laitière est rompu. Les causes en sont multiples. L’un des principaux facteurs de cette évolution réside dans le problème que posent désormais le recrutement et la rémunération d’une main-d’œuvre qualifiée. Au rythme de près de 2500 départs par an dans le Cantal entre 1945 et 1955, l’exode rural limite la possibilité de trouver les ouvriers agricoles indispensables à la transhumance laitière, alors qu’il faut un minimum de trois personnes pour une vacherie d’importance moyenne, c’est à dire une quarantaine de vaches. 

Robustes, les burons sont pourtant sujets à de nombreux dommages dus aux rudes conditions climatiques sur les montagnes du Cantal, mais surtout depuis la dernière moitié du XXème siècle à leur délaissement de la part de leurs propriétaires. 

Des dizaines de bâtiments ont ainsi disparu du paysage du Cantalien. Leurs ruines parsèment ici et là les montagnes. Les burons luttent contre le temps dans un combat inégal, à l’issue hélas prévisible pour beaucoup d’entre eux. 

Concernant le buron de Cassaïre : le linteau de la façade s’est écroulé entre les années 1980 et 2000, ce qui a entrainé un éboulement de la façade ainsi que des inflitrations dans la toiture. Les pierres de la voute commencent également à tomber en raison de ces infiltrations.  

 

 VOCATION DU SITE

Buron de Cassaïre

Le Cantal est doté d'une association de sauvegarde des burons qui a pour objectif de préserver ce patrimoine, d'en dresser un inventaire exhaustif, d'accompagner les éventuels porteurs de projets tant agricoles que touristiques ou privés. 

Ce buron, une fois rénové, sera laissé à disposition permenante du public randonneur puisqu’il est situé sur le GR 400 (abris en cas d’orage, bivouac etc…)  

[[CP:15590]]

* Seulement 6% de frais de gestion seront prélevés sur vos dons. Grace à son réseau régional et départemental, la FDP assure le suivi des projets, en garantissant la réalisation effective des travaux et leur qualité.

02/09/2018

Marie BRUEL

15 €

Que le buron de Cassaïre retrouve fière allure! Bonne restauration! M.B.

Laisser un message de soutien