En poursuivant votre navigation sur https://soutenir.fondation-patrimoine.org, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de navigation et vous permettre de partager des contenus sur les réseaux sociaux.

Fermer

Aqueduc du Gier à Sainte-Foy-lès-Lyon

Aqueduc du Gier à Sainte-Foy-lès-Lyon

© Claude ROIRE

 DESCRIPTION


Aqueduc du Gier – Pont siphon de Beaunant

Les aqueducs romains de la région lyonnaise représentent un patrimoine comparable à celui de Rome  (220 km d'aqueducs). L'aqueduc du Gier, qui est classé au titre des Monuments Historiques, est l'un des quatre aqueducs de Lyon, et l'un des plus longs aqueducs au monde (86 km). Le caractère exceptionnel de l'ouvrage tient d'abord à sa conservation. Au XVIIIème siècle, l’on projette même de remettre en service l’aqueduc du Gier pour alimenter Lyon en eau et des concours sont lancés. L'architecte Guillaume Marie Delorme publiera en 1760 une étude des aqueducs et des plans de l'aqueduc du Gier équivalant à 45 mètres de plans!

L'aqueduc du Gier est extraordinaire en raison de trois caractéristiques uniques :

- un parement réticulé: Le réticulé est unique en France, très peu conservé bien que très utilisé en Italie, et absent dans le reste du monde romain. 

- la technique de la conduite forcée : L'aqueduc du Gier se caractérise par la technique, rarement utilisée dans l'Antiquité, du siphon, dont subsistent différents ouvrages à savoir les ponts siphons, les réservoirs de chasse et les réservoirs de fuite. Leurs vestiges sont extrêmement rares. Cette caractéristique est soulignée par plusieurs spécialistes : « L’aqueduc du Gier [est] le plus bel exemple de technique hydraulique encore conservé dans la partie occidentale de l’Empire romain. »,(Jørgen Hansen, Danmarks Naturfrendnings Forening, Kobenhavn, 1990) ou « Pour moi Lyon, où l’on trouve les exemples de siphons à la fois les plus grands et les mieux conservé, c’est la "Capitale des Siphons romains". », (A.Trevor Hodge, Carleton University, Ottawa, 1987). Lyon est « une capitale des siphons antiques ».

- des arches en abyme : La présence d'arches antiques largement évidées de l'intérieur est unique au monde, "il n’y a pas d’autre exemple dans l’Antiquité de ponts avec des piles transversalement évidées comme on les voit à Beaunant". Ces arches offrent un alignement et une mise en abyme de la construction. Cette perspective est utilisée pour les photographies des passionnés de l'Antiquité des années 1900 . Cette caractéristique fait du Pont siphon de Beaunant l'élément exceptionnel d'un ensemble unique. 

Aqueduc du Gier à Sainte-Foy-lès-Lyon

© Claude ROIRE


Pont siphon de Beaunant.

Le pont siphon de Beaunant qui est le plus grand des quatre siphons de l'aqueduc du Gier et le premier élément classé aux Monuments Historiques de 1875, est une prouesse d'ingénierie. Le franchissement de l’Yzeron était un véritable défi : l’aqueduc devait traverser une dépression large de près de 3 km, pour une dénivellation de quelque 140 m. Le siphon réalisé présente des caractéristiques uniques : 2 600 m de long, d’un réservoir à l’autre, 123 m de flèche (hauteur entre le réservoir de chasse et la partie basse du siphon), partie basse formée d’un pont canal de 270 m de long et 17 m de haut, 13 bars de pression à soutenir dans la partie basse. Pour franchir la vallée et alimenter Lyon sans siphon, il aurait fallu superposer l'équivalent de plusieurs ponts du Gard, ce qui aurait été impossible.

Monument menacé par son abandon dès le IIIème siècle, faisant l'objet provisoirement d'un projet de réhabilitation au XVIIIème siècle, bénéficiant d'un classement aux Monuments Historiques mais aussi subissant aussi des dégradations au XIXème siècle, il est menacé par l'urbanisation au XXème siècle. Le pont siphon symbolise le patrimoine en péril, qui a traversé l'histoire, suscitant un très fort intérêt et en même temps il continue à se dégrader à cause du temps et des hommes.

Beaunant, après avoir attiré les artistes deux siècles durant, est un passage obligé pour les historiens et les spécialistes de l’hydraulique. Aujourd’hui, le pont siphon de Beaunant intéresse de nombreux touristes avec un travail considérable des associations locales comme le Garom (Association des Amis des Musées de la civilisation gallo-romaine) et l'Araire (association historique). Il intéresse également la recherche : une mission interinstitutionnelle est en cours, dirigée par deux chercheurs de l'université Lyon 2 et de l'INRAP. Il se situe également sur des parcours utilisés par les randonneurs, avec là aussi, une animation associative par l'Agupe (Association générale d'urbanisme et de protection de l'environnement).

 

 NATURE DES TRAVAUX

Aqueduc du Gier à Sainte-Foy-lès-Lyon

© Claude ROIRE
Les dégradations sont liées :
- A l'activité humaine : destructions volontaires pour élargir les routes, pillages de pierres de parements, déchaussement des fondations qui fragilise l’assise de l’édifice, mise en place de revêtement en bitume contre les piles qui concentre les remontées d’humidité dans les piles, constructions de maçonneries modernes contre les vestiges.

- A l'état de ruines : Érosion de la base des piles, joints dégarnis, briques pulvérulentes, décollement de parements réticulés, disparition des arcs de front, murs du canal déchaussés, développement de végétaux.

Ces dégradations multiples posent différents problèmes : 

- Problème de restauration : cette section d’aqueduc a fait l’objet de différentes campagnes de restauration qui posent des problèmes sanitaires ou de présentation.

- Problème sanitaires : Consolidations en béton armé, matériau trop dur en contact avec la structure existante qui reste souple, utilisation de mortiers chargés en sel qui engendrent des sorties de sels.

- Problèmes dûs à l'aspect de certaines restaurations : Restitutions pas toujours très fidèles aux dispositions d’origine, restitutions excessives prenant le dessus sur les parties authentiques de l’édifice, distinction trop forte entre les vestiges et les compléments ce qui nuit à la présentation de l’édifice, utilisation de matériaux qui ne sont pas présents dans la construction, application de mortiers faisant disparaître la matière originale.

 

 VOCATION DU SITE

Une volonté de revalorisation du quartier de Beaunant et de mise en valeur du pont siphon est souhaité, tout comme une revalorisation du quartier Beaunant, qui a connu une forte urbanisation dans les années 60 et 70. ce programme est lancée pour les trois prochaines années.

Les infrastructures urbaines ont été repensées. Les travaux d'aménagements de la rivière de l'Yzeron sont en cours (2018-2019) afin de limiter les inondations et les sinistres des crues. La RD 342 va être réaménagée (2020-2022) avec les objectifs suivants :  
- Accompagner les travaux d’élargissement du lit de l’Yzeron en réduisant l’emprise de voirie
- Redonner à Beaunant une physionomie plus urbaine (la RD342 crée aujourd’hui une rupture du maillage urbain) et valoriser l’environnement (trame verte, secteur ABF, entrée de Ville)
- Renforcer les modes doux dans ce secteur et rendre plus lisibles et plus fluides les circulations.

Le pont siphon va être mis en valeur par les aménagements prévus avec la création d'un cheminement piétonnier et le déplacement de la passerelle offrant une plus belle perspective de l'aqueduc. Des premiers travaux de sécurisation des piliers ouest vont être réalisés (2ème semestre 2018) mais les travaux de sauvegarde et de restauration ne sont pas à la portée des finances de la ville.

Aqueduc du Gier à Sainte-Foy-lès-Lyon

© Claude ROIRE

L'emblème d'un quartier en devenir

L'aqueduc est l'emblème de tout un quartier. Il en est le centre et engendre un sentiment d'appartenance qui se décline dans différentes appellations. Il existe une maison de l'aqueduc, un festival de l'aqueduc, un raid de l'aqueduc.
 

Un enjeu pour un rayonnement touristique et international

Le pont siphon de Beaunant symbolise le défi d'une traversée. Défi technique pour la traversée d'une vallée, défi patrimonial pour la traversée des siècles.

Outre le projet urbain pour le quartier, et la sauvegarde d'un édifice historique, le projet est aussi celui de promouvoir, à travers Beaunant, d'autres patrimoines et territoires. En effet, la restauration du pont siphon sera la mise en lumière d'une monumentalité horizontale et transversale qui ne se limite pas en un lieu circonscrit, mais relit plusieurs territoires. Il s'agit de sauvegarder un monument qui ouvre sur les patrimoines lyonnais de Fourvière et des autres communes dans lesquelles chemine l'aqueduc du Gier. La longueur de celui-ci en fait un mur d'Hadrien français qu'il serait stratégique de valoriser d'un point de vue touristique à la fois à l'échelle nationale, régionale et métropolitaine. Dans une perspective de valorisation de ce « mur d'Hadrien méconnu », le pont siphon de Beaunant constitue un édifice unique dans une géographie singulière : le site de Beaunant est à proximité immédiate d'un espace naturel classé (ceinture verte), aux confins d'environnements naturel et urbain, sur la vallée séparant la Métropole de Lyon du reste de l'aqueduc serpentant sur deux départements. Le pont siphon de Beaunant est relié par un réseau de chemins piétonniers jusqu'au centre de Lyon. Le parcours touristique existant montre que Beaunant est un trait d'union entre l'aqueduc du Gier et le reste du patrimoine lyonnais. Dans cette perspective, plusieurs acteurs locaux sont déjà engagés :
Le SIARG (Syndicat Intercommunal de l'Aqueduc Romain du Gier) travaille à la réalisation d'un itinéraire tout le long de l'aqueduc, de Fourvière aux sources du Gier.(Pièce jointe n°11 : rapport groupe de travail pour la section Brignais-Saint Joseph ). La Ville de Sainte Foy-lès-Lyon soutient une mission patrimoine autour de l'Aqueduc avec des permanences et des animations à la Maison de l'Aqueduc, des conférences. De nombreuses associations sont également actives autour d'actions de valorisation.

Plusieurs institutions culturelles, universitaires, associations soutiennent la candidature du Pont Siphon de Beaunant :
-Anne Parliente, Directrice du service d'archéologie de Lyon,
-Hugues Savay-Guerraz, Directeur de Lugdunum théâtres et musée,
-Aldo Borlenghi, universitaire, Université Lyon 2
-Jean Burdy, membre de l'académie des sciences, Arts et Belles lettres de Lyon (courriel, article et 4 annexes),
-Henri Bougnol, président de l'association L'Araire,
-Annie Ferlay, présidente du SIARG (Syndicat Intercommunal de l'Aqueduc Romain du Gier)
-Jean Yves Barbier, membre de l'association Garom (Association des Amis des Musées de la civilisation gallo-romaine)

[[CP:69630]]

* Seulement 6% de frais de gestion seront prélevés sur vos dons. Grace à son réseau régional et départemental, la FDP assure le suivi des projets, en garantissant la réalisation effective des travaux et leur qualité.

28/10/2018

100 €

25/10/2018

Dons Anonymes

150 €

Laisser un message de soutien